Sexisme ordinaire et femmes en situation de pouvoir : le témoignage de Jade

Plusieurs femmes provenant de diverses régions du Québec ont participé à un laboratoire d’exploration unique organisé par Citoyenneté jeunesse dans le cadre d’Amplify, un projet transatlantique de deux ans visant à amplifier la voix des jeunes dans la recherche de solutions durables. Ce laboratoire portait sur l’égalité des genres sous la lunette spécifique du sexisme ordinaire vécu par les femmes de 35 ans et moins. 

Parler de la question du sexisme ordinaire, c’est ouvrir le dialogue sur l’importance de la représentativité des femmes dans les instances décisionnelles. Citoyenneté jeunesse est heureuse de collaborer avec les participantes du laboratoire et d’offrir un espace où quelques jeunes femmes pourront partager leur expérience dans le cadre d’une série de témoignage. 

Pour en apprendre plus sur le projet Amplify : https://oxfam.qc.ca/amplify-fr/

Le témoignage de Jade Michaud-Duguay

Décris-nous, en quelques phrases, ton parcours professionnel et engagé.

En ce qui me concerne, mon implication a débuté lors de ma première année au Cégep de Sept-Îles. J’ai fait mes premiers pas en rentrant dans le comité des sciences humaines et quelques mois plus tard, dans l’Association générale étudiante du Cégep de Sept-Îles (AGECSI).
 
Lors de ma deuxième année, j’ai été élue vice-présidente de l’AGECSI. Ce poste dans l’association m’a permis d’en connaître davantage sur les mouvements étudiants. J’ai commencé à participer aux congrès de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) et par la suite, à m’impliquer dans certains comités de travail spécifiques et dans le conseil d’administration. Également, durant ma deuxième année d’études collégiales, on m’a offert de représenter les étudiants du programme au sein du conseil d’administration du Cégep. Finalement, lors de ma troisième année d’études, j’ai été élu présidente de l’AGECSI.
 
Grâce à la poursuite de mon implication dans l’association, j’ai pu continuer de participer à certains projets de la FECQ et à oeuvrer dans le CA du Cégep. Mon passage dans l’AGECSI m’a permis d’avoir d’autres opportunités d’engagement, notamment dans un parti politique et dans le conseil d’administration de Citoyenneté jeunesse.
 

Parle-nous d’un moment où tu as vécu du sexisme ordinaire, au travail ou dans ta vie personnelle (ou d’un moment où tu en as été témoin).

Heureusement, je ne me rappelle pas avoir vécu du sexisme au travail ou dans ma vie personnelle de façon marquante. On ne m’a jamais nuis ou empêché de faire quelque chose parce que je suis une femme. Je n’ai même jamais été sous-estimée pour la même raison. Je me compte chanceuse!

En quoi des gestes constituant du sexisme ordinaire peuvent freiner l’accès des femmes aux milieux de pouvoir ?

Comme mentionné plus haut, je n’ai jamais été exposée à une attitude sexiste à mon égard. Cependant, je crois être capable de me faire une idée.

Selon moi, une femme qui doit faire face à ce comportement n’arrive pas toujours à donner son 100% dans son travail puisqu’il y a une source de stress supplémentaire.

Dans ce sens, il est possible, à mon avis, que la femme victime de sexisme remette en doute ses compétences et son travail. De plus, le fait de savoir que le travail d’une femme est parfois davantage critiqué et jugé peut être facilement être démotivant, toujours selon moi.

Quel est, selon toi, le meilleur moyen pour qu’il y ait davantage de femmes dans les lieux de pouvoir au Québec ?

À mon avis, un moyen pour qu’il y ait davantage de femmes dans les lieux de pouvoir au Québec est de promouvoir et de valoriser le travail des femmes. Ceci peut être fait, par exemple, en mettant en avant des femmes qui ont bien accompli leur travail afin d’influencer d’autres femmes à embarquer pleinement dans les lieux de pouvoirs et à prouver qu’une femme n’est pas moins compétente qu’un homme.

Quelle autre femme de ton entourage occupant un lieu de pouvoir trouves-tu inspirante ?

Noémie Veilleux, Présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec.

DÉFINITIONS

Sexisme 

Attitude discriminatoire fondée sur le sexe.

LAROUSSE

Sexisme ordinaire

Banalisation d’attitudes, de comportements ou de réflexions misogynes.

Le Devoir 

Partager :

Autres articles

Écrivez-nous

Devenir membre